PhotoMonaco 2018 – Le Temps du Regard

Depuis la photo, l’art ne peut plus être pensé comme un monde à part. avec elle, l’art redonne à voir la vie des choses et de l’esprit, non plus sous forme d’images seulement créées, mais aussi d’images réelles. avec toute la force du regard qu’il porte secrètement en son for intérieur, l’oeil photographique a bouleversé les codes de représentation classique, ainsi que l’homme pouvait les concevoir en tant que dispositif visuel gé depuis la renaissance et sans doute jusqu’à la moitié du XiXe siècle. Ce que Walter Benjamin (1892-1940) a tenté d’exprimer par l’idée même de “l’inconscient optique” dans sa « petite histoire de la photographie » (1931) et « l’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » (1936) au coeur du mécanisme mental de la vision. « Dans le culte du souvenir des amours éloignés ou trépassés, la valeur cultuelle de l’image trouve son ultime refuge. Dans l’expression fugitive d’un visage humain, capté sur d’anciennes photographies, l’aura fait signe une dernière fois. C’est cela qui lui donne sa beauté mélancolique, comparable à nulle autre. » et si d’aucuns prédirent la disparition de l’art dès l’avènement de la photo, du moins la civilisation de l’image lui doit-elle toujours le pouvoir de montrer notre âge contemporain avec l’indépendance nécessaire qui la caractérise dans ses aspects les plus mystérieux comme l’objet de sa propre recherche.

À l’heure où des milliards d’images naissent et circulent chaque jour, aucun autre support d’expression plastique n’aura pour ainsi dire connu de tels développements technologiques dans toute l’Histoire de l’art. Que ce soit en termes de production, de diffusion, de communication, de stockage ou de partage, l’image photographique n’a cessé de modi er notre regard sur l’environnement global de l’espace et du Temps. aujourd’hui, celle-ci fait partie de tous les instants de notre vie quotidienne ou presque. et ce, dans tous les domaines, toutes les sphères d’activité possibles et imaginables. aussi photomonaco souhaitait inaugurer sa première édition de manière ouverte à l’ensemble des pratiques et des techniques de la photo d’art et de collection, de l’argentique au numérique en passant par les clichés historiques que révèlent merveilleusement 70 oeuvres présentées ici de manière inédite et datées de la période archaïque parmi les plus importantes de la Collection mayer : l’avenir du passé. mais aussi grâce au livre avec Friends of Cosmos, dans la mesure où l’édition photographique continue de jouer un rôle essentiel dans l’interprétation quali ée des images d’auteur et de leur valeur esthétique.

Et puis, c’est à nikos aliagas que revient amicalement notre mot de la fin ou serait-ce plutôt d’introduction, si besoin était. À l’instar de tout ce qui fut notamment au début de cette formidable aventure de rencontres précieuses, en faveur de l’expérience du moment photographique sur le « Temps du regard ». et puisque notre ambassadeur 2018 a choisi de mettre notre thème générique à l’épreuve éponyme de son talent d’artiste dans le cadre d’un solo show sur la méditerranée, que rayonne donc pour longtemps à monaco la photographie signi ant dans sa langue natale les mots magiques du grec ancien « écriture de lumière » !

Renaud Siegmann – Directeur général photomonaco

Source : PhotoMonaco 2018

© photo : patrick Chelli – D.r. 2018

Laisser un commentaire